L'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) a publié un rapport en avril 2014 sur l'utilisation des anticoagulants en France.

Quelques chiffres clé caractérisent cette classe thérapeutique dans notre pays :

L'ANSM souhaite rappeler aux professionnels de santé que "le rapport bénéfice-risque des anticoagulants, toutes classes confondues, est conditionné par le suivi des règles d'utilisation".

Ce qui implique :

L'accompagnement des patients et des prescripteurs, essentiel au bon usage de ces médicaments, se concrétise en pratique par :

Concernant la classe des nouveaux anticoagulants oraux (NAO), l'ANSM rappelle qu'il n'existe pas de recommandations « robustes » concernant :

Les AOD font donc l'objet d'une surveillance renforcée au niveau national et européen. Dans ce cadre, l'ANSM et la CNAMTS ont lancé deux études de pharmaco-épidémiologie actuellement en cours et qui ont pour but de comparer les profils de risques, en particulier hémorragiques, entre les patients traités par NAO en relais d'un traitement par AVK et ceux restés sous AVK (étude pilotée par l'ANSM) et entre les patients initiant un traitement NAO ou AVK (étude pilotée par la CNAMTS).

http://ansm.sante.fr/content/download/61981/795269/version/2/file/ANSM-rapport_NACOs-avril+2014.pdf

 

 

 

 

Les AOD font donc l'objet d'une surveillance renforcée au niveau national et européen. Dans ce cadre, l'ANSM et la CNAMTS ont lancé deux études de pharmaco-épidémiologie actuellement en cours et qui ont pour but de comparer les profils de risques, en particulier hémorragiques, entre les patients traités par NAO en relais d'un traitement par AVK et ceux restés sous AVK (étude pilotée par l'ANSM) et entre les patients initiant un traitement NAO ou AVK (étude pilotée par la CNAMTS).

http://ansm.sante.fr/content/download/61981/795269/version/2/file/ANSM-rapport_NACOs-avril+2014.pdf

Retour